-
-
a a

MÉDICAMENTS UTILISÉS POUR LA STIMULATION OVARIENNE

Avertissement :
Cette page est destinée à aider toute personne en traitement dans le cadre d'une technique d'AMP. Elle se veut d'abord pratique et ne constitue en aucun cas une quelconque forme de publicité pour tel ou tel laboratoire pharmaceutique.
Toute nouvelle spécialité peut rejoindre cette liste non exhaustive par simple demande sur le courriel du site fivfrance.
Attention, Toute automédication dans ce domaine peut avoir de graves conséquences



a PRÉMÉDICATION, Préparation au cycle de stimulation ovarienne :
La Prémédication avant le cycle du monitorage n'est pas une constante thérapeutique, elle est adaptée à chaque cas particulier :
Les Oestroprogestatifs (pilule) à base d'éthinyl estradiol et de dérivé de la progestérone (Adépal*, varnoline*...) sont utilisés assez souvent en pré-traitement sur 1 ou 2 cycles qui précédent le cycle du monitorage notemment si celui ci comporte l'utilisation d'un antagoniste du GnRH; ou dans le cas de "mauvaises répondeuses" .

Dans certaines indications, la Norethistérone (Primolut nor*...) ou l'Estradiol (Progynova*, Provames*, Estreva*....) peuvent être aussi utilisés en prétraitement, en deuxième partie de cycle avant de cylce de monitorage.

OPK et Metformine :
A l'heure actuelle, les biguanides sont une classe prometteuse chez les patientes avec OPK. En effet, dans la majorité des études, ils augmentent le taux de cycles ovulatoires et diminuent l'hyperandrogénie, voire augmentent la fertilité. Cependant, leur mode d'action sur le cycle ovarien est encore controversé. Les différentes hypothèses sont une activité directe sur l'hyperandrogénie, soit un effet indirect par la diminution de l'hyperinsulinémie, ou enfin une diminution de l'hyperinsulinémie en partie par le biais de la diminution du poids.



a 1 - MÉDICAMENTS POUR LE BLOCAGE DE L'OVULATION

Les analogues du GnRH se divisent en deux catégories

Les agonistes du GnRH
Decapeptyl®, Suprefact®, Enantone® Synarel® Lupron®...
Ils sont utilisés en phase préparatoire et/ou en association avec les spécialités qui contiennent de la FSH purifiée (voir plus loin).
Leur action réside d'abord en un effet "flare up" par libération importante d'hormones hypophysaires endogènes (FSH et LH) ; puis, dans une seconde période en une désensibilisation qui annule la production endogène et bloque le processus d'ovulation naturelle.
Ces médicaments sont employés d'abord seuls puis en association avec une FSH purifiée lors de la stimulation ovarienne : on parle alors de protocole long.
Ils peuvent aussi être employés immédiatement en association avec une FSH purifiée, on parle alors de protocole court.

Effets secondaires possibles des Agonistes ?


1 - Au début du traitement par les analogues, des kystes ovariens peuvent apparaître suite à une stimulation initiale de la sécrétion des gonadotrophines.
l'apparition de ces eventuels kystes est généralement contrôlée par le médecin qui pratique le traitement. (échographie , dosage d'Estradiol ) avant de passer à la phase de stimulation ovarienne.2 - Quelques jours apr?s le début du traitement, dans les protocoles "longs" de stimulation ovarienne pour FIV, il se produit une augmentation passagère des gonadotrophines (FSH,LH) c'est l' effet "flair-up".
A la fin de cet effet la sécrétions des gonadotrophines chuttent et peut engendrer des pertes plus ou moins sanglantes, que l'on attribue, a tort, aux règles de fin de cycle. Ces pertes ne doivent pas, sauf avis contraire, engendrer l'arrêt du traitement.

Les antagonistes du GnRH.
Cetrotide®, Orgalutran®, Antagon®, Ganirelix®...)
Ils réalise tres rapidement une chutte des hormones endogènes avec un blocage immédiat de l'ovulation. Ces spécialités sont utilisées à la fin du traitement de stimulation par la FSH purifiée.


a 2 - MÉDICAMENTS POUR LA STIMULATION DES OVAIRES

Gonadotrophines à activité FSH ou LH

Ces spécialités sont utilisées pour stimuler l'ovaire afin qu'il produise une quantité suffisante d'ovocytes. Les résultats sont obtenus en 10 jours environ, avec des variations de réponse très importantes d'un sujet à l'autre et d'un traitement à l'autre. Pour cette raison ces "monitorage de l'ovulation doivent être suivi biologiquement (dosage de l'estradiol) et échographiquement.

Les FSH recombinantes
Puregon® Gonal F®

Les FSH "purifiées" : Urofollitropines
(Fostimon® Metrodin-HP® Bravelle®...)

Les HMG ( ou FSH d'origine humaines) :
(Humegon® Ménopur® Merional® Repronex® Fertinex® Fertinorm®...)
utilisées depuis plus de 30 ans, ces médicaments ont prouvé leur efficacité et leur innocuité. Ils se présentent sous forme d'ampoules injectables dosées en UI (unités internationales).Contrairement aux FSH recombinante, les HMG contiennent aussi de la LH, qui trouve son intérêt dans certaines indications.


Les association FSH et LH recombinantes
Pergoveris® (r-hFSH 150IU and r-hLH 75IU).

la Corifollitropine alpha ou ELONVA® est un médicament récemment mis sur le marché et qui a un intérêt manifeste pour les patients car son effet retard permet de faire une seule injection pour 7 jours au lieu d'une injection tous les jours. Elle est utilisée en protocole court-antagoniste" associé, dans un deuxième temps à un antagoniste de type Cetrotide ou orgalutran pour éviter un dérapage spontannée de l'ovulation avant que l'on décide de la déclencher.

Les LH recombinantes
(Luvéris®....)
Dans un certain nombre de cas - anovulation de type I (OMS) par exemple ou utilisation d'un antagoniste en fin de stimulation on pourra établir des traitement de type "séquentiel" en associant la LH à la FSH


a Effets indésirables de la stimulation ovarienne



a 3 - MÉDICAMENTS INDUCTEURS DE L'OVULATION

Au cours de ces traitements, il est très important de maitriser la date et l'heure de l'ovulation.
L'utilisation des analogues du GnRH permet le blocage des processus naturels de l'ovulation. Le clinicien pourra donc reprendre la main pour déclencher l'ovulation au moment qu'il aura choisi grâce aux inducteurs de l'ovulation :Les gonadotrophines chorioniques (HCG) ont le pouvoir, par leur action LH de déclencher l'ovulation une quarantaine d'heure apès leur injection. La ponction ovocytaire pourra donc se faire dans les meilleurs conditions (34 - 36 heures après l'injection d'HCG.l'HCG naturelle
- HCG endo 1500®, HCG endo 5000® (Fr), Pregnyl® (US)
- Choriomon® - Profasi-HP®
- Chorex® : Hyrex pharmaceuticals US
- Novarel® ...

Les gonadotrophines chorioniques (HCG) ont le pouvoir, par leur action LH de déclencher l'ovulation une quarantaine d'heure apès leur injection. La ponction ovocytaire pourra donc se faire dans les meilleurs conditions (34 - 36 heures après l'injection d'HCG.

L'HCG recombinante
(Ovitrelle® Ovidrel® ...)
Créée par génie génétique, La choriogonadotropine alfa a la même action que l'HCG naturelle (voir au dessus)



a SUPPLEMENTATION DE LA PHASE LUTEALE

1 - Supplémentation hormonale :

Dans un certain nombre de cas, le gynécologue sera amené à prescrire une supplémentation hormonale après le transfert :
Elle se fait en fonction du type de protocole utilisé, d'une part, et de la réponse ovarienne, d'autre part.
Le but recherché est d'optimiser la qualité de l'endomètre.
Pour celà On peut être amenés à utiliser :

Les gonadotrophines chorioniques,
qui vont stimuler de façon globale les corps jaunes existants - non recommandées en cas de forte réponse ou d'hyper stimulation :
(HCG Endo 1500*, HCG Endo 5000*.....)

La progestérone ou ses dérivés :

(Estima*, Evapause*, utrogestan*.....)

L'Estradiol :
(Provames*, Progynova*, Esreva*, Oromone......

2 - Plus rarement, le gynécologue pourra prescrire d'autres médicaments : corticoides, antibiotiques..... en fonction des circonstances.

l'Aspirine à faible dose (Aspegic*.....sauf pour allergique), ou l'héparine à bas poids moléculaire (HBPM) : Enoxaparine (Lovenox*), Tinzaparine (Innohep*), Fraxiparine (Fraxodi*), Nadroparine, Deltaparine. peuvent être aussi prescrites, dans le but d'obtenir une meilleure vascularisation de l'endomètre qui pourrait favoriser l'implantation.

les HBPM ont aussi un rôle important dans la prévention des accidents vasculaires (phlébites...)

- art.fvf maj 2017 -